Faiveley : Spécialiste des Equipements Ferroviaires

Faiveley est le spécialiste français des équipements ferroviaires — freins, climatisation, portes, transformateurs, etc. Leur offre se greffe à celles des constructeurs maîtres d’oeuvre comme Alstom ou Siemens. Elle implique des savoir-faire importants, développés en interne ou (le plus souvent) acquis par croissance externe.

Modèle d’Affaires

Le modèle ressemble à celui de Precia ou de Rolls-Royce : équiper les trains dès l’origine (une activité exigeante en capitaux et chichement rentable), pour ensuite assurer la gamme complète des services de maintenance et d’entretien (où les marges sont confortables et la demande permanente).

L’activité est peu concurrentielle, faute de rivaux. Comme les normes de sécurité qui s’appliquent au transport de passagers sont pléthoriques et draconiennes, les brevets et l’expérience de Faiveley sont difficilement duplicables : l’avantage compétitif est réel.

Chaque activité répond à un marché de niche (avec des barrières à l’entrée élevées) où l’entreprise augmente progressivement ses parts de marché — jusqu’à devenir l’incontournable interlocuteur des constructeurs.

Le marché équipement passager ($3,4 milliards) est presque trois fois plus important que le marché équipement fret ($1,2 milliards).

La famille Faiveley est toujours autant présente au capital. Leur réactivité — ils ont su faire évoluer le modèle de leur entreprise à temps — et leur transparence — par exemple sur les difficultés de la filiale chinoise — sont exemplaires.

Allocation du Capital

Si l’allocation du capital n’est pas optimale au niveau financier, elle est par contre intéressante au niveau opérationnel : historiquement, les acquisitions ont été pertinentes et créatrices d’une réelle valeur ajoutée. La distribution maintenue à moins d’un quart des profits laisse supposer que Faiveley préfère employer ses capitaux à développer l’entreprise plutôt que de payer ses actionnaires.

Inévitable conséquence de ces acquisitions en série : les coûts de restructuration se répètent — mais restent cependant faibles une fois rapportés au chiffre d’affaires.

Le marché sur lequel l’entreprise opère est largement fragmenté : c’est une prometteuse opportunité de progression pour un acteur consolidé qui ambitionne un positionnement de référence à l’international.

Le plus Faiveley équipe le parc de locomotives et de trains, le mieux la récurrence de l’activité services et maintenance progresse (c’est bien ce juteux  after-market que l’entreprise convoite) et le moins difficile il sera de faire face à la cyclicité de l’industrie dont l’expansion dépend des investissements en infrastructures des Etats.

A long-terme, les grandes tendances de l’époque (urbanisation, développement durable) sont porteuses.  Si la rigueur opérationnelle (contrôle des coûts, etc) reste de mise, les lendemains s’annoncent chantants.

Aucun des auteurs de l’IF n’est actionnaire de Faiveley. La société est discutée plus en détail dans le Club.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2020 L'Investisseur Français

Nous contacter

Merci de nous envoyer votre message ici. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?