La crise du pétrole : quels impacts ?

Les cours de bourse commencent à plonger de manière généralisée sur l’ensemble des places boursières mondiales depuis la panique liée au Coronavirus.

Des opportunités d’investissement intéressantes à long terme apparaissent selon nous en nombre significatif.

Depuis peu, nous avons en plus une crise du pétrole qui est venue s’ajouter. Dans cet article, nous nous interrogeons sur ses impacts.

Après 5 ans de bear market… Une crise !

Le cours du pétrole est bas depuis fin 2014, en ce sens que la majorité des producteurs dans le monde ne peuvent pas opérer durablement avec un pétrole à 50$. En effet, si les coûts opérationnels pouvaient être couverts, les coûts d’exploration, pourtant essentiels à long terme pour renouveler les réserves, ne pouvaient pas l’être pour la plupart des entreprises.

C’est particulièrement vrai dans le pétrole de schistes en Amérique du Nord, où la déplétion des puits est rapide.

Si le prix du baril devait être maintenu à 30$, tout le secteur du pétrole de schistes aux US va devoir mettre la clé sous la porte. C’est, il nous semble, un impact potentiel réel, qui pourra avoir des conséquences durables jusqu’à ce que le cours du pétrole remonte (cela arrivera forcément, car la demande mondiale continue d’augmenter doucement à long terme, malgré le ralentissement possible lié au Coronavirus à court terme. Les pays du Golfe et la Russie ne peuvent pas répondre à toute cette demande).

Nous nous sentions fiers d’avoir trouvé un producteur très profitable dans un contexte à 50$, et qui pouvait plus que renouveler ses réserves. C’est une société en très forte croissance qui cotait à l’époque à moins d’un cinquième de la valeur de ses réserves prouvées et probables. Elle cote aujourd’hui à 1/15ème et tourne près de son breakeven. Elle continuera à rentrer beaucoup de profits sur les 6 prochains mois car elle s’est couverte à 60$ le baril environ, mais elle sera ensuite simplement à son breakeven. Elle peut survivre, pas prospérer.

Nous ne comptons pas vendre, mais devons-nous renforcer ? Avec cet événement, la réponse est incertaine : si l’OPEC et la Russie sont décidés à fournir pendant une longue durée, notre investissement ne fera peut-être rien sur toute cette période malgré sa valorisation délirante.

Nous conservons car à long terme, nous pensons que presque personne ne peut produire profitablement dans un contexte à 30$ le baril, hormis ceux qui n’ont pas besoin de forer (c’est-à-dire les pays du Golfe, et nous avons présenté une telle opportunité à nos abonnés). Mais ils ne peuvent pas répondre à toute la demande mondiale.

Comment en profiter ?

Maintenant, il y a tout de même une bonne nouvelle : les exportations pétrolières depuis les pays du Golfe et la Russie devraient augmenter avec la hausse de leur production… N’est-il pas temps d’acheter des tankers dont les tarifs journaliers ont récemment explosé après 10 ans de bear market ?

Coup de chance, cette hausse des tarifs est passée inaperçue avec l’actualité du Coronavirus : les investisseurs ont vendu tout ce qui était lié à l’énergie, sans aucune discrimination.

Nous sommes acheteurs, mais en faisant attention tout de même car les bilans dans le secteur ne sont pas toujours jolis. Nous avons sélectionné deux entreprises, dont une éligible au PEA.

Elles cotent toute deux à une fois leur bénéfice cash (dernier trimestre annualisé), l’une d’elle est en train de racheter 25% de ses actions et l’autre va retourner 80% de ses bénéfices aux actionnaires dès le T1 2020.

Tout cela semble de bon augure, espérons que nous ayons raison…

Transparence : l’auteur du texte possède des actions dans les secteurs mentionnés et peut les trader sans en notifier les lecteurs. L’Investissement en bourse comporte un risque de perte permanent du capital investi, chacun est responsable de ses propres investissements et l’Investisseur Français ne saurait être tenu responsable des pertes de ses lecteurs.

1 Commentaire
  1. BOUAFIA Ammar 4 mois Il y a

    Les USA vont faire de grandes réserves de pétrole dont ils profitent de sa baisse. Après le Pétrole va atteindre les 60 dollars.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2020 L'Investisseur Français

Nous contacter

Merci de nous envoyer votre message ici. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?