Une Leçon de Management

On continue aujourd’hui à apprendre de mon Ami Edward S. Lampert, qui n’est vraiment pas un crétin fini en réalité.
Avez-vous déjà remarqué que Sears avait des filiales normales et profitables, comme Seritage Growth Properties ou Lands’End ?
Parlons de Lands’End justement.
D’abord, c’est une superbe boite qui a été créée par quelqu’un qui était vraiment concentré sur le travail et qui était dyslexique, comme en témoigne la faute d’orthographe dans le nom de l’entreprise.
Au cas où la précision serait utile, quelqu’un qui travaille n’a “normalement” pas le temps d’écrire (heureusement qu’Hervé Giaoui a aussi quitté les bancs de l’école à 14 ans, tout comme mon grand-père qui, je le rappelle, gérait 40 000 personnes à lui seul et a quand même résolu la fameuse “crise du pétrole” dans le monde d’une manière fort pragmatique, sans que jamais personne n’ait entendu parler de lui).
Voici ce qu’Eddy a fait avec Lands’End.
Il a d’abord trait la boite (et a failli la couler) pour remonter des milliards de dollars chez Sears (réflexe absolument normal chez un parasite de son espèce, je ne suis pas en train de le juger).
Ensuite, il a tout de même réalisé son erreur (normal : rien d’autre ne pouvait rentrer de cash chez Sears) et il a essayé de recruter le management de Dolce & Gabana pour refaire quelque chose de normal de Lands’End.
Seulement, le management de cette illustre marque ne sait pas bosser non plus : il sait faire du beau design, mais pas délivrer des produits de grande qualité rapidement chez ses clients.
Eddy, qui est quand même un tout petit peu lucide, a fini par s’en rendre compte.
Aussi a-t-il réussi à trouver quelqu’un qui sait réellement bosser.
Il a trouvé un “type normal” qui venait de vendre Samsonite (après avoir fait un travail de redressement remarquable) à des parasites dans son genre.
Ce type normal s’appelle Jérôme Griffith, et il est actuellement Président de Lands’End.
Si vous voulez vous convaincre de son génie, il suffit de regarder le cours de bourse de Lands’End depuis son arrivée.
Si vous voulez vous convaincre de son intelligence et de son honnêteté, constatez que la première chose qu’il a faite en arrivant chez Lands’End, c’est d’acheter des actions de la boite pour s’aligner sur ses actionnaires.
Et si vous voulez vous convaincre du fait qu’il sait travailler, constatez qu’il ne passe pas son temps à acheter des actions Lands’End depuis son arrivée.
Enfin, si vous voulez vous convaincre qu’il est normal, écoutez un “conf-call” de Lands’End :
Il vous explique tout ce que les équipes de la boite font, pourquoi ça fonctionne, et reconnaît ses erreurs, dans un langage clair, concis, et respectueux.
Il prend même le temps de présenter deux fois par an la boite à des investisseurs.
Ca, c’est un manager véritablement génial (précision : Warren Buffett est un recruteur génial, tout comme mon Ami Pierre qui a managé l’IF depuis 2016).
Il y a des gens faits pour manager (en clair, des gens qui savent faire tout le travail de tous leurs employés dans leur boite si nécessaire, comme Jérôme), et des gens faits pour autre chose (comme Warren, qui est parfaitement à sa place dans sa boite, ou mon ami Pierre, dont je ne dirai rien parce que je l’aime inconditionnellement et que j’ai aussi beaucoup appris de lui).
Eddy l’a un peu compris, mais pas tout à fait : s’il avait été réellement intelligent, c’est tout Sears Holdings qu’il aurait confié à Jérôme.
Eddy, merci quand même, et infiniment !
Ah oui, j’ai failli oublier (heureusement qu’Olivier, abonné fidèle à l’IF me l’a rappelé) : juste après Sears, j’ai investi 50% de mon portefeuille dans Gaia (un business de conviction géré par un génie absolu) et ça a très bien fonctionné.
L’IF, ce n’était donc pas un club d’investissement dans Sears.
Il y a un tas de gens qui ont vraiment gagné de l’argent en se faisant escroquer par Serge Belinski.
J’ai même reçu un jour une lettre de remerciement d’une personne qui a fait 40% par an grâce aux idées publiées par un employé honnête de l’IF en investissant par exemple dans Somero (oui, moi, je ne suis qu’un escroc qui ne connait rien à l’investissement : le meilleur investisseur de l’équipe, c’était bien Etienne, ex “fonctionnaire pongiste”, qui a été débauché amicalement par Amiral Gestion pour qu’il puisse être à une meilleure place et payé décemment pour son travail).
Il y a quand même des gens normaux qui savent distinguer le bon grain de l’ivraie sur cette Terre.
Olivier, Etienne, Amiral, Abonnés et Lecteurs de l’IF, Eddy, Warren, Pierre, Franck, Dorian, et Vous, Cher Lecteur, chers Amis, merci d’exister !
Avec Amour,
Serge
P.S. : Je précise que chacun de mes articles a une dose d’humour, car mon idéal véritable, c’est une Union Mondiale, avec Jésus en tant que Président.
Je suis contre toute forme de discrimination et pour la véritable Liberté, Egalité et Fraternité à un niveau mondial.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2021 L'Investisseur Français

Nous contacter

Merci de nous envoyer votre message ici. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?