Analyse Areva

Avec un endettement net de plus de 7 milliards d’euros à la fin du premier semestre 2016 (en forte progression tous les ans) [1] et des capitaux propres négatifs de plus de 3 milliards, Areva, leader mondial de la production d’énergie nucléaire, est en grande difficulté.

Aucune de ses divisions ne rapporte d’argent, et un cash-burn de 1,5 milliard d’euros est d’ores et déjà prévu en 2016.

Pour satisfaire ses besoins de financement, Areva a obtenu un crédit-relais de 1,1 milliard, a engagé la cession de sa filiale Areva NP auprès d’EDF et entend procéder à une augmentation de capital de 5 milliards avant le premier trimestre 2017.

Il est prévu que cette augmentation de capital soit répartie entre Areva NP et les autres activités. Post cession d’Areva NP, une nouvelle entité Areva sera créée et recapitalisée à hauteur de 3 milliards, tandis qu’Areva NP sera recapitalisée à hauteur de 2 milliards.

Bien que les mines d’uranium et les centrales d’Areva doivent avoir une valeur stratégique, un investisseur non spécialiste aura bien du mal à avoir une idée de leur valeur sur le marché privé (il est bien plus difficile d’estimer une valeur de ces actifs qui ne rapportent pas de cash que d’envisager, par exemple, une valeur locative pour un parc immobilier ou d’assigner un multiple de profit à des divisions profitables).

Ne connaissant pas encore le nombre d’actions en circulation prévu après recapitalisation, il est aujourd’hui difficile d’estimer une juste valeur

Il est rappelé (si nécessaire) que L’Investisseur Français ne cherche pas à prédire l’évolution d’un cours de bourse à court terme (souvent aléatoire), mais à déterminer la véritable valeur d’une entreprise.

Cette analyse reflète la seule opinion de son auteur : elle n’est pas une recommandation d’achat. L’équipe de l’IF décline toute responsabilité concernant les développements (favorables ou défavorables) d’un investissement dans l’entreprise présentée; chaque lecteur est maître de ses décisions. A date de publication, l’auteur ne possède pas d’actions de l’entreprise présentée.

 

Accédez en une fois à toutes les analyses cote française publiées pour seulement 150 euros HT avec l’offre cote française. L’accès est valable jusqu’au 06/11/2017 et inclut toutes les parutions jusqu’à cette date.

Vous souhaitez aussi accéder aux recherches de L’Investisseur Français sur les bourses étrangères ? Optez pour l’offre premium pour accéder à toutes les analyses cote française, plus de cent analyses sur les bourses étrangères, aux formations de L’Investisseur Français et bien plus.

 

Détail des calculs

[1] Evolution de la dette nette

milliards €20112012201320142015S1 2016
Dette long terme (a)4,95,65,66,95,97,3
Dette court terme (b)1,10,30,50,61,41,9
Trésorerie (c)2,31,51,71,70,82
Dette nette (a) + (b) – (c)3,74,44,45,86,57,2

 

Articles Liés

↓