Analyse Compagnie de Saint-Gobain

Présentation de la compagnie de Saint-Gobain

Saint-Gobain est un conglomérat qui figure parmi les leaders mondiaux de chacune de ses activités. Il est notamment présent dans la distribution de matériaux (près de la moitié de son activité), dans la fabrication de matériaux de construction, ainsi que dans la fabrication de vitrages et de matériaux haute performance.

Il convient de noter que l’analyse du conglomérat sur la base des informations fournies dans les rapports est extrêmement difficile : les données précises du bilan sont disponibles uniquement de manière consolidée, alors que les dynamiques d’activité des différentes parties du conglomérat peuvent être assez hétérogènes.

Une approche consolidée est ici retenue, mais il est important de comprendre ses importantes limitations. Notamment, elle ne permet peut-être pas de refléter la valeur des différentes divisions de matériaux de spécialité sur le marché privé.

 

Dynamique financière passée

Au cours de la décennie qui a précédé la crise des subprimes, Saint-Gobain s’est lancée dans une série d’acquisitions stratégiques qui se chiffrent en dizaines de milliards d’euros (environ 20 milliards au total). Les synergies visées n’ont pas été matérialisées et le potentiel de génération de cash n’a pas favorablement évolué sur la période. A titre de remarque, la capitalisation boursière de l’entreprise est aujourd’hui proche du total de ces acquisitions, et le cours de l’action est aujourd’hui au même niveau qu’au début des années 2000 (les marchés suivent donc plus ou moins l’absence de progression des fondamentaux de l’entreprise sur la période).

Saint-Gobain poursuit d’ailleurs à nouveau une politique de croissance externe ces dernières années. Les dépréciations d’actifs sont assez fréquentes et il est difficile, considérant le nombre d’acquisitions entreprises au fil des années, d’évaluer la pertinence des acquisitions récentes. Un investisseur très prudent pourrait envisager de considérer ces acquisitions comme une dépense qui minorerait le cash généré par Saint-Gobain.

Ainsi, bien que Saint-Gobain affiche un résultat net ajusté et un autofinancement libre (net des investissements industriels ; grandeur supposée approximer sa capacité à générer du cash) de l’ordre de 1,25 milliards d’euros en 2016 (en forte progression par rapport à 2015), on note par rapport à l’année précédente une augmentation de son endettement net qui s’établit à 5,64 milliards d’euros.

Pour une entreprise industrielle non légère en investissement, un tel niveau d’endettement (qui représente environ 4,5 années d’autofinancement libre 2016) semble élevé.

Cependant, il convient de signaler que cet endettement a été réduit de 2,5 milliards d’euros par rapport aux niveaux de fin 2011 (où il s’établissait à plus de 8 milliards d’euros) et de 3 milliards d’euros par rapport aux niveaux de fin 2012 grâce à des cessions d’actifs (Veralia principalement).

 

Considérations sur la valorisation

Au cours de 43,8 euros, avec 555,4 millions d’actions en circulation, la capitalisation boursière de Sain-Gobain ressort à 24,33 milliards d’euros. Elle représente près de 20 fois l’autofinancement libre de 2016 (lui-même à un niveau historiquement plutôt élevé).

Considérant le risque lié à l’endettement, cette valorisation apparaît assez généreuse.

 

Conclusion

Seul un investisseur qui pense que Saint-Gobain peut réaliser une importante croissance de son autofinancement libre pourrait être intéressé par l’acquisition d’actions de l’entreprise.

Il est rappelé (si nécessaire) que L’Investisseur Français ne cherche pas à prédire l’évolution d’un cours de bourse à court terme (souvent aléatoire), mais à déterminer la véritable valeur d’une entreprise.

Cette analyse reflète la seule opinion de son auteur : elle n’est pas une recommandation d’achat. L’équipe de l’IF décline toute responsabilité concernant les développements (favorables ou défavorables) d’un investissement dans l’entreprise présentée; chaque lecteur est maître de ses décisions. A date de publication, l’auteur ne possède pas d’actions de l’entreprise présentée.

Accédez en une fois à toutes les analyses cote française publiées pour seulement 150 euros HT avec l’offre cote française. L’accès est valable jusqu’au 06/11/2017 et inclut toutes les parutions jusqu’à cette date.

Vous souhaitez aussi accéder aux recherches de L’Investisseur Français sur les bourses étrangères ? Optez pour l’offre premium pour accéder à toutes les analyses cote française, plus de cent analyses sur les bourses étrangères, aux formations de L’Investisseur Français et bien plus.

Articles Liés

↓