Analyse Concoursmania

Présentation de Concoursmania

Concoursmania est spécialisé dans le data marketing. Le but est d’améliorer les performances marketing des enseignes clients par un meilleur engagement des consommateurs, notamment par l’organisation de jeux concours.

Concoursmania exploite les données des comportements des utilisateurs dans ce Groupe.

Les principaux actifs du groupe sont les profils qualifiés de sa base de données (l’entreprise en revendique 25 millions) et sa trentaine de portails de jeux.

La société compte de nombreux clients importants et affiche notamment : Hasbro, Ford, Toyota, Carrefour, Le Gaulois, TF1, Cdiscount, HomeAway, Toys’R’us, Bordeaux Métropole, Histoire d’Or…

 

Dynamique financière

Après une année de transition en 2015, Concoursmania a entrepris un recentrage sur ses activités les plus lucratives.

Malgré une baisse de plus de 14,4% du chiffre d’affaires au premier semestre 2016, la marge brute a progressé et, grâce à une importante réduction de ses coûts de fonctionnement, le groupe a pu afficher un EBITDA positif (près de 314 mille euros contre -703,7 mille euros au premier semestre 2015). Le résultat opérationnel reste cependant négatif pour le moment.

La direction affirme que l’équipe est désormais focalisée sur les métiers porteurs et qu’une renégociation de contrats a été entreprise (ce qui pourrait expliquer la hausse de la marge brute de Concoursmania).

La solidité financière de l’entreprise apparaît un peu juste pour une entreprise d’un secteur technologique qui brûle historiquement du cash (beaucoup d’entreprises de ce type ont d’importantes positions de cash net au bilan), avec un bilan qui présente une 4,087 millions d’euros contre des disponibilités d’un peu plus de 2 millions d’euros, ce qui fait apparaître une dette nette de l’ordre de 2 millions d’euros. Cependant, il convient de relever que l’entreprise a encaissé près de 5,16 millions d’avances et accomptes de ses clients, ce qui signifie qu’il est plus prudent de rajouter ce montant au calcul de la dette nette (en toute rigueur, il faudrait rajouter 70 à 80% du montant total car l’entreprise a une marge brute supérieure à 30% sur ses services, mais comme la marge brute n’est pas forcément du cash, il peut-être souhaitable d’être encore plus prudent, ce ui est fait ici).

Avec cet ajustement, la dette nette ressort à plus de 7,2 millions d’euros, sans même compter les produits constatés d’avance, ce qui représente un montant important pour une entreprise qui vient de générer un EBITDA de 314 mille euros sur le premier semestre 2016.

Un esprit mal tourné (ou un investisseur expérimenté) soulignerait de plus qu’il ne s’agit que d’un EBITDA, et qu’on ne sait pas trop ce que c’est, d’autant plus considérant qu’il y a des dépenses immobilisées au bilan et que l’entreprise ne publie pas de tableau de flux de trésorerie immédiatement après son bilan et son compte de résultat mais en dernière page du rapport (comme on le voit déjà au bilan, le cash-flow reste pour le moment négatif, avec un burn de l’ordre de 1,4 millions d’euros sur les 6 premiers mois de l’année).

 

Conclusion

Un investisseur prudent évitera sans doute de ce fait d’investir dans Concoursmania, indépendamment de ses perspectives.

Cependant, le travail de recentrage et les résultats sur les coûts sont intéressants et méritent d’être soulignés. Peut-être que les perspectives futures seront-elles meilleures que le passé ?

Seul un investisseur qui a de très bonnes raisons de le croire pourrait être intéressé par un investissement dans Concoursmania.

Il est rappelé (si nécessaire) que L’Investisseur Français ne cherche pas à prédire l’évolution d’un cours de bourse à court terme (souvent aléatoire), mais à déterminer la véritable valeur d’une entreprise.

Cette analyse reflète la seule opinion de son auteur : elle n’est pas une recommandation d’achat. L’équipe de l’IF décline toute responsabilité concernant les développements (favorables ou défavorables) d’un investissement dans l’entreprise présentée; chaque lecteur est maître de ses décisions. A date de publication, l’auteur ne possède pas d’actions de l’entreprise présentée.

Accédez en une fois à toutes les analyses cote française publiées pour seulement 150 euros HT avec l’offre cote française. L’accès est valable jusqu’au 06/11/2017 et inclut toutes les parutions jusqu’à cette date.

Vous souhaitez aussi accéder aux recherches de L’Investisseur Français sur les bourses étrangères ? Optez pour l’offre premium pour accéder à toutes les analyses cote française, plus de cent analyses sur les bourses étrangères, aux formations de L’Investisseur Français et bien plus.

Articles Liés

↓