Analyse Bilendi

 

Bilendi, anciennement dénommée Maximiles, se revendique leader européen de la conception et de la commercialisation de programmes de fidélisation sur Internet. Bilendi propose deux offres de services : « Market Research », qui propose des outils d’analyse aux instituts de sondage, et « engagement client et fidélisation » qui développe et gère des outils de connaissance client et met en œuvre des programmes de fidélisation. Ils gèrent notamment le célèbre programme Maximiles.

L’activité de Bilendi a connu une forte décroissance de 2011 à 2014, mais la croissance est repartie en 2015, portée à la fois par une bonne dynamique d’activité en France et une acquisition (celle de l’entreprise M3 Research positionnée auprès des instituts de sondage), ce qui lui a permis d’afficher un résultat d’exploitation positif. Cette dynamique de croissance importante se poursuit au premier semestre 2016.

Au 31 décembre 2015, La société dispose d’une situation financière solide avec 4,24 M€ de trésorerie, 9,67 M€ de capitaux propres et seulement 1,44 M€ de dettes financières.

A la fin du premier semestre 2016 Bilendi présente un bilan toujours solide avec une trésorerie de 2,51 M€, des capitaux propres de 9,87M€ pour une dette financière de 1,28 M€. En revanche, les capitaux propres tangibles ne sont que de 1,48 millions d’euros.

La situation s’est beaucoup dégradée sur les 10 dernières années, et nous sommes revenus à une situation équivalente à celle de fin 2006.

A titre de rappel, on avait fin 2007 une trésorerie nette de 2,13 millions d’euros et des capitaux propres tangibles de 11,5 millions d’euros (et 18,67 millions d’euros de capitaux propres). L’érosion de l’avoir tangible des actionnaires entre fin 2007 et mi 2016 est ainsi flagrante.

L’entreprise tente d’enrayer cette tendance en se transformant via des acquisitions. D’ailleurs, ils entendent continuer ainsi, car au mois de septembre (2016), Bilendi a souscrit deux emprunts bancaires pour un montant de 2 M€ afin de renforcer sa capacité financière dans le cadre de sa stratégie de croissance externe.

A ce jour, aucun bénéfice de la croissance externe n’est visible dans les caisses : malgré un compte de résultat en amélioration en 2015 comme au S1 2016, on ne retrouve pas (pour le moment) d’avoirs tangibles au bilan et la situation de liquidités (mesurée par la position de cash net de dettes) se dégrade.

Les perspectives sont donc incertaines à ce jour.

A quel prix le marché propose-t-il cette société ?

Avec 3 436 769 actions en circulation au cours de 5,68 EUR, la capitalisation boursière ressort à 19,52 millions d’euros.

Ce prix représente 13,2 fois les fonds propres tangibles (qui sont en tendance baissière forte depuis 2007) et environ 19 fois le résultat d’exploitation comptable de 2015 – sachant que l’entreprise ne génère en réalité pas de cash au bilan avec ledit résultat.

Ainsi, le marché semble pricer des perspectives radieuses pour Bilendi dans les années à venir, ce qui constituerait une véritable inversion d’une tendance à long terme. L’activité semble en effet repartir depuis 2015, mais Bilendi parviendra-t-elle à convertir cette activité en flux de cash ?

 

Conclusion

L’investisseur prudent et sceptique qui ne souhaite pas se lancer dans l’extrapolation d’une inflexion de tendance et de perspectives de croissances passera son chemin. Le prix à payer sous-entend une réussite du management dans ses plans de transformation.

Investir dans Bilendi est clairement un pari à la fois sur une activité future qui repart (point validé sur la période 2015 à mi 2016) et sur une capacité à transformer cette croissance en cash.

Il est rappelé (si nécessaire) que L’Investisseur Français ne cherche pas à prédire l’évolution d’un cours de bourse à court terme (souvent aléatoire), mais à déterminer la véritable valeur d’une entreprise.

Cette analyse reflète la seule opinion de son auteur : elle n’est pas une recommandation d’achat. L’équipe de l’IF décline toute responsabilité concernant les développements (favorables ou défavorables) d’un investissement dans l’entreprise présentée; chaque lecteur est maître de ses décisions. A date de publication, l’auteur ne possède pas d’actions de l’entreprise présentée.

 

Accédez en une fois à toutes les analyses cote française publiées pour seulement 150 euros HT avec l’offre cote française. L’accès est valable jusqu’au 06/11/2017 et inclut toutes les parutions jusqu’à cette date.

Vous souhaitez aussi accéder aux recherches de L’Investisseur Français sur les bourses étrangères ? Optez pour l’offre premium pour accéder à toutes les analyses cote française, plus de cent analyses sur les bourses étrangères, aux formations de L’Investisseur Français et bien plus.

Articles Liés

↓