Analyse Alès Groupe

Alès conçoit et fabrique des produits de soins cosmétiques et capillaires ainsi que des parfums (notamment sous les marques Lierac et Phyto).

Au cours de 12,05 EUR, avec 13,8 millions d’actions, la capitalisation boursière ressort à 166 millions d’euros.

Le bilan présente une dette assez conséquente, à hauteur de 3,5 années de cash-flow avant intérêts et impôts (avec un coût des intérêts faible). Heureusement, les échéances sont éloignées (plus de 5 ans). Si Alès investissait sa trésorerie sans retour adéquat, alors cet endettement pourrait être un véritable boulet (d’autant plus si les taux d’emprunts remontaient et qu’il fallait refinancer le crédit).

Dette court terme : 11,27 M

Dette long terme : 79,4 M

Provisions : 12 M

Trésorerie : 44,2 M

Dette nette : 58,5 M

Cash généré par les opérations en 2015 : 17,8 M

Capex 2015 : 8,9 M

Bénéfice cash (Free Cash Flow) 2015 : 8,9 M

Cash-flow avant intérêts et taxes : 16,9 M

Le niveau de dette nette qui représente 3,5 années de cash-flow avant intérêts et taxes 2015 ne peut être supporté que si le business est très récurrent.

Il est important de prendre en compte :

  • Que l’entreprise n’a généré un tel volume de cash qu’en 2013, 2014 et 2015 (elle ne générait pas de cash avant). Au premier semestre 2016, sa logistique a connu des difficultés, et cela impactera les résultats de l’année 2016 qui ne seront a priori pas en croissance.
  • Que même au cours de ces trois dernières années, le rendement de l’entreprise sur son capital investi n’est pas exceptionnel (Rentabilité des capitaux propres de l’ordre de 10%). Bien sûr, si elle parvient à maintenir une dynamique de croissance durable, elle pourrait honorer sa dette et augmenter le rendement de son capital investi dans le temps – mais on ne peut pas tabler dessus dans un scénario conservateur (l’investisseur prudent n’aime pas projeter un avenir trop optimiste dans sa démarche).

Parallèlement à cela, l’entreprise supporte tous les risques liés aux possibles effets de mode (elle n’a certainement pas l’aura d’un l’Oréal).

Pourtant, à son cours actuel, la capitalisation boursière est de 20 fois les bénéfices (cash) de 2015, ce qui représente à nos yeux un cours de bourse élevé au vu des difficultés rencontrées par l’entreprise et son endettement.

 

Conclusion

L’investisseur prudent refermera ce dossier. Seul un investisseur qui croit à des perspectives de croissance élevées pour Alès pourrait envisager d’y investir à ce niveau de cours.

Il est rappelé (si nécessaire) que L’Investisseur Français ne cherche pas à prédire l’évolution d’un cours de bourse à court terme (souvent aléatoire), mais à déterminer la véritable valeur d’une entreprise.

Cette analyse reflète la seule opinion de son auteur : elle n’est pas une recommandation d’achat. L’équipe de l’IF décline toute responsabilité concernant les développements (favorables ou défavorables) d’un investissement dans l’entreprise présentée; chaque lecteur est maître de ses décisions. A date de publication, l’auteur ne possède pas d’actions de l’entreprise présentée.

 

Accédez en une fois à toutes les analyses cote française publiées pour seulement 150 euros HT avec l’offre cote française. L’accès est valable jusqu’au 06/11/2017 et inclut toutes les parutions jusqu’à cette date.

Vous souhaitez aussi accéder aux recherches de L’Investisseur Français sur les bourses étrangères ? Optez pour l’offre premium pour accéder à toutes les analyses cote française, plus de cent analyses sur les bourses étrangères, aux formations de L’Investisseur Français et bien plus.

Articles Liés

↓