Analyse Advenis (ex Avenir Finance)

Advenis, ex Avenir Finance, est en restructuration depuis la crise des subprimes. Après démission de son président fondateur Danyel Blain en 2014 (qui faisait partie des « success stories » françaises avant la crise des subprimes), les pertes de l’entreprise se creusent : ainsi, la société affiche une perte opérationnelle record de 10 millions d’euros en 2015.

Il s’agit de se prononcer sur la capacité d’Advenis à inverser durablement la tendance avant d’essayer de mettre une quelconque valeur dessus.

Le bilan de l’entreprise, sans être incroyable, lui permet pour le moment de tenir quelques trimestres avant de devoir lever du financement (endettement ou capitaux propres).

Ensuite, il s’agit de comprendre si l’activité est pérenne : c’est sa pertinence qui permettront ou non la survie à long terme d’Advenis.

Advenis est aujourd’hui spécialisée dans la conception, distribution et commercialisation de produits liés à l’immobilier (ils commercialisent notamment des SCPI et des OPCVM) ainsi que les services de gestion de biens.

La qualité des produits proposés par Advenis est le premier fondamental à vérifier pour essayer de se prononcer sur ses perspectives de redressement.

Intrinsèquement, il est difficile de dire si ces produits sont bons pour leurs clients. Si l’intention derrière la création des produits de type « pierre papier » est tout à fait louable, la prolifération de l’offre, notamment sur des produits profitant de divers dispositifs fiscaux n’est pas (forcément) une bonne chose.

Déjà, difficile de se différencier de la concurrence : comment savoir si un gestionnaire est meilleur qu’un autre ? Surtout si l’historique des produits est récent.

De plus, l’incentive pour le gestionnaire n’est pas forcément de gérer au mieux l’argent qui lui est confié, mais de créer un maximum de produits et collecter un maximum de fonds pour percevoir des frais de gestion. Cette considération ne dépend pas de la qualité des biens qu’il va ensuite acheter pour ses clients (pour peu qu’il ne perde pas trop de capital). L’essentiel est que les clients soient prêts à acheter. Aujourd’hui, de tels produits sont assez faciles à vendre : dans un monde à rendement nul, servir ne serait-ce que quelques pourcents par an et afficher un track record de ce type est un argument de vente efficace.

Ainsi, pendant que l’immobilier ne fait que grimper ou presque sur une longue période, les investisseurs ont l’impression d’avoir entre leurs mains de bons produits de rendement, qui leur distribuent de « généreux dividendes » supérieurs au rendement d’une assurance vie. Est-ce une réalité ? Difficile d’être catégorique à ce sujet : Tant que le marché est effervescent, personne ne pense aux problèmes de liquidité que l’on pourrait rencontrer si un grand nombre d’acteurs devait vendre ces produits en masse.

Mais que vaudraient les biens achetés si jamais les taux de rendement exigés par les investisseurs sur les marchés immobiliers venaient à remonter ?

 

Conclusion

Les incertitudes sur la qualité des produits proposés par Advenis et des perspectives de redressement dissuaderont l’investisseur prudent : celui-ci exigera des preuves de redressement tangibles et une décote évidente pour investir dans l’action Advenis. Rien de cela n’est aujourd’hui facilement démontrable.

Il est rappelé (si nécessaire) que L’Investisseur Français ne cherche pas à prédire l’évolution d’un cours de bourse à court terme (souvent aléatoire), mais à déterminer la véritable valeur d’une entreprise.

Cette analyse reflète la seule opinion de son auteur : elle n’est pas une recommandation d’achat. L’équipe de l’IF décline toute responsabilité concernant les développements (favorables ou défavorables) d’un investissement dans l’entreprise présentée; chaque lecteur est maître de ses décisions. A date de publication, l’auteur ne possède pas d’actions de l’entreprise présentée.

 

Accédez en une fois à toutes les analyses cote française publiées pour seulement 150 euros HT avec l’offre cote française. L’accès est valable jusqu’au 06/11/2017 et inclut toutes les parutions jusqu’à cette date.

Vous souhaitez aussi accéder aux recherches de L’Investisseur Français sur les bourses étrangères ? Optez pour l’offre premium pour accéder à toutes les analyses cote française, plus de cent analyses sur les bourses étrangères, aux formations de L’Investisseur Français et bien plus.

 

Articles Liés

↓