Analyse Adocia

Adocia est spécialisée dans la R&D de produits bio-thérapeutiques, en particulier contre le diabète.

Un seul de ces produits est aujourd’hui en phase 3 (dernière phase de tests cliniques avant demande d’homologation).

Un investisseur n’ayant aucune compétence particulière pour évaluer leur pipeline de produits est forcé de se cantonner à l’étude des états financiers.

L’entreprise est depuis dix ans en phase de recherche et brûle du cash.

Elle doit donc doit trouver des solutions pour lever du financement, et elle le fait avec un certain succès :

Cotée depuis 2012, en plus des financements accordés par l’Etat à ce type d’entreprise, ils ont réussi à obtenir un partenariat avec le grand laboratoire Eli Lilly pour leurs recherches et arrivent à émettre des actions avec succès auprès des investisseurs (ce qui amène bien sûr une dilution des actionnaires historiques).

Les premiers paiements d’Eli Lilly ont permis d’afficher un profit en 2015, mais d’autres étapes devront être franchies avant de pouvoir bénéficier d’un autre paiement. Le total des paiements peut aller jusqu’à 570 millions de dollars. Beaucoup de choses doivent bien fonctionner pour entraîner le déclenchement de cet engagement à valeur faciale et seul un spécialiste pointu aurait  la capacité d’en évaluer rationnellement la probabilité.

L’entreprise dispose ainsi de plus de 54 millions de cash net au 30 juin 2016, soit 18 millions de moins qu’au 31 décembre 2015.

Comme Adocia émet des actions, il est très difficile d’en estimer une valeur par action.

Enfin, un investisseur ne sachant pas valoriser un pipeline de R&D pharmaceutique sans flux de trésorerie (les seules choses certaines étant le cash au bilan et le cash-burn actuel) ne saurait envisager l’achat de cette société qui affiche, au cours de 57,15 euros, une capitalisation boursière proche de 400 millions.

 

Conclusion

L’étude et l’investissement dans une telle entreprise doivent être réservés aux spécialistes du secteur. Tout investissement reposerait sur une projection de futur marché, ce qui ne rentre pas dans une démarche d’investissement prudente.

Il est rappelé (si nécessaire) que L’Investisseur Français ne cherche pas à prédire l’évolution d’un cours de bourse à court terme (souvent aléatoire), mais à déterminer la véritable valeur d’une entreprise.

Cette analyse reflète la seule opinion de son auteur : elle n’est pas une recommandation d’achat. L’équipe de l’IF décline toute responsabilité concernant les développements (favorables ou défavorables) d’un investissement dans l’entreprise présentée; chaque lecteur est maître de ses décisions. A date de publication, l’auteur ne possède pas d’actions de l’entreprise présentée.

 

Accédez en une fois à toutes les analyses cote française publiées pour seulement 150 euros HT avec l’offre cote française. L’accès est valable jusqu’au 06/11/2017 et inclut toutes les parutions jusqu’à cette date.

Vous souhaitez aussi accéder aux recherches de L’Investisseur Français sur les bourses étrangères ? Optez pour l’offre premium pour accéder à toutes les analyses cote française, plus de cent analyses sur les bourses étrangères, aux formations de L’Investisseur Français et bien plus.

Articles Liés

↓